Donneur vivant ou décédé ?

Le rein donneur peut être prélevé sur une personne lui vient de décéder ou sur un donneur vivant. La majorité des reins greffés provient de patients en mort cérébrale. Parfois, le père, la mère, un frère ou une sœur se révèle être un donneur vivant compatible. Les chances de trouver un rein présentant les mêmes caractéristiques génétiques sont plus élevées chez un membre de la famille immédiate que chez les donneurs non consanguins. Toutefois, dans certains cas, le conjoint ou un ami proche peut aussi être un donneur pour autant qu’ils soient de même groupe sanguin (dans ce dernier cas, on ne tient pas compte de la compatibilité HLA).

Eurotransplant

Lorsque le patient est déclaré prêt pour la transplantation, il est inscrit sur une liste d’attente d’Eurotransplant, une organisation internationale qui coordonne la répartition des organes donnés en fonction de la compatibilité HLA. Lorsqu’une telle opportunité se présente, le patient est averti et est invité à se présenter d’urgence dans l’hôpital où il sera greffé.

L’hémodialyse en pratique

Le patient est couché à côté de l’appareil à dialyse. Le sang est pompé par une aiguille placée dans la fistule et envoyé vers le rein artificiel par un cathéter. Dans le rein artificiel, le sang est envoyé, grâce à la pompe, vers le dialyseur. C’est au sein de celui-ci que le sang entre en contact avec le liquide de dialyse, à travers la membrane semi-perméable qui assure le processus de filtration. Le sang filtré est ensuite renvoyé dans l’organisme par un autre cathéter. Une dialyse dure entre trois et cinq heures. Pendant ce laps de temps, le sang est continuellement pompé et renvoyé dans le corps, jusqu’à ce que suffisamment de déchets et d’eau aient été éliminés. Le patient ne peut pas se lever pendant toute la durée de la dialyse.

La DPA ou Dialyse Péritonéale Automatisée Une dialyse nocturne

La DPA repose sur le même principe mais est uniquement réalisée de nuit, pendant le sommeil, sur une période de 8 à 12 heures. Avant le coucher, le patient relie le cathéter abdominal à un appareil préprogrammé. L’échange des substances se fait automatiquement. C’est l’appareil qui règle les heures de l’échange, laisse s’écouler le dialysat usagé et remplit l’abdomen avec une solution neuve.     Une méthode moins contraignante   Pour certains patients, la DPA représente une solution moins contraignante car il ne faut pas procéder aux échanges de poches pendant la journée. Il s’agit là du traitement idéal pour les personnes qui travaillent et pour les enfants en âge scolaire.

Peut-on vivre avec un seul rein ?

Les personnes qui font don d’un rein peuvent continuer à mener une vie normale avec un seul rein. Les reins possèdent d’ailleurs une très grande réserve fonctionnelle. Le risque de voir apparaître une hypertension ou une protéinurie est toutefois légèrement accru.

Qu’est-ce qu’un donneur compatible ?

L’analyse des globules rouges Un organe donneur doit obligatoirement provenir d’une personne dont vous pouvez également recevoir une transfusion sanguine.   Les globules blancs Si votre groupe sanguin est compatible avec celui du donneur, un examen sanguin déterminera les caractéristiques génétiques liées aux globules blancs (système HLA) du donneur et du receveur.   Le groupe sanguin doit être identique entre donneur et receveur et les antigènes HLA aussi proches que possible. Le donneur ne doit évidemment pas être atteint d’insuffisance rénale ou d’une pathologie pouvant se compliquer d’insuffisance rénale (par exemple le diabète) et être indemne de cancer ou d’infection transmissible (sida).

Quel est le délai d’attente pour une transplantation ?

Le temps d’attente pour une transplantation peut être long, parfois plus de deux ans. Ce délai d’attente est fonction de plusieurs facteurs : le nombre limité de greffons disponibles, le groupe sanguin et le type de tissu du patient (fortement répandu ou non).

Quelle est la fonction des reins ?

élimination des déchets toxiques contenus dans le sang maintien à niveau de la quantité de liquides corporels régulation de la composition des liquides corporels production de rénine intervenant dans la régulation de la pression artérielle production d’érythroproïétine, indispensable à la formation des globules rouges production de la forme active de vitamine D qui intervient dans le maintien de la teneur en calcium sanguin

Quelles sont les causes possibles de l’insuffisance rénale chronique ?

diabète hypertension artérielle infections urinaires et rénales répétées obstruction des voies urinaires due, entre autres, à une hypertrophie de la prostate ou à la présence de calculs rénaux utilisation sur plusieurs années d’analgésiques et d’anti-inflammatoires certaines maladies héréditaires telles que la maladie polykystique rénale, etc. maladies auto-immunes : lupus, …

Quels sont les symptômes et complications possibles de l’insuffisance rénale ?

hypertension artérielle fatigue excessive, sentiment général de mal-être, troubles de la mémoire, nausées, perte d’appétit crampes musculaires, démangeaisons, peau sèche risque augmenté de maladies cardio-vasculaires : angine de poitrine, infarctus myocardique, accident vasculaire cérébral rétention d’eau avec risque d’oedèmes et de décompensation cardiaque anémie, tendance aux saignements diminution de la résistance aux infections troubles du métabolisme osseux (ostéoporose, …) troubles du système nerveux : polyneuropathie des membres inférieurs, … chez l’homme : impuissance, perte de libido chez la femme : infertilité, aménorrhée (absence de règles), perte de libido

Une alimentation saine pour préserver la fonction rénale

Excès de sel [sodium] = excès d’eau   Les reins malades ne sont plus en mesure de gérer un excédent de sodium. La dose quotidienne de sel de cuisine dans l’alimentation ne devrait par conséquent pas dépasser 4 à 6 grammes par jour. Un régime « normal » comporte généralement de 12 à 15 grammes de sel. En cas d’insuffisance rénale, un excès d’apport en sodium et en eau peut provoquer me rétention d’eau, elle-même responsable de l’apparition d’une hypertension artérielle, d’œdèmes voire d’une décompensation cardiaque.   Qu’est-ce qu’un régime pauvre en sel ?   Un régime pauvre en sel implique : limiter la consommation de chips et autres en-cas, charcuteries, fromages, cubes de bouillon, jambon, etc. mais aussi… le pain, les conserves, les plats tout préparés, les potages industriels. N’ajoutez pas de sel lors de la préparation des aliments et ne mettez pas la salière à table. Au premier stade de l‘insuffisance rénale, il n’est pas encore nécessaire d’adopter d’autres mesures diététiques. Une alimentation saine et équilibrée est en tout cas indispensable.   Le potassium   L’élimination du potassium étant diminuée chez les patients atteints de troubles rénaux, ceux-ci peuvent présenter une teneur trop élevée en potassium dans le sang et éventuellement développer des troubles du…
Fermer le menu