Une alimentation saine pour préserver la fonction rénale

Excès de sel [sodium] = excès d’eau

 

Les reins malades ne sont plus en mesure de gérer un excédent de sodium. La dose quotidienne de sel de cuisine dans l’alimentation ne devrait par conséquent pas dépasser 4 à 6 grammes par jour. Un régime « normal » comporte généralement de 12 à 15 grammes de sel. En cas d’insuffisance rénale, un excès d’apport en sodium et en eau peut provoquer me rétention d’eau, elle-même responsable de l’apparition d’une hypertension artérielle, d’œdèmes voire d’une décompensation cardiaque.

 

Qu’est-ce qu’un régime pauvre en sel ?

 

Un régime pauvre en sel implique : limiter la consommation de chips et autres en-cas, charcuteries, fromages, cubes de bouillon, jambon, etc. mais aussi… le pain, les conserves, les plats tout préparés, les potages industriels. N’ajoutez pas de sel lors de la préparation des aliments et ne mettez pas la salière à table. Au premier stade de l‘insuffisance rénale, il n’est pas encore nécessaire d’adopter d’autres mesures diététiques. Une alimentation saine et équilibrée est en tout cas indispensable.

 

Le potassium

 

L’élimination du potassium étant diminuée chez les patients atteints de troubles rénaux, ceux-ci peuvent présenter une teneur trop élevée en potassium dans le sang et éventuellement développer des troubles du rythme cardiaque. Dans certains cas, il convient donc également de surveiller ses apports en potassium. Veillez alors surtout à limiter les aliments riches en potassium comme les légumes crus, es légumineuses, les pommes de terre, les chips, le chocolat, les noix et les fruits.

Les fruits secs ou confits, la banane, l’abricot, les fruits secs ou confits, la banane, l’abricot, contiennent beaucoup de potassium.

Idéalement, la cuisson des légumes se fera dans une grande quantité d’eau dans laquelle le potassium sera éliminé. La cuisson à la vapeur doit être évitée. Attention : les sels de régime contiennent du potassium et sont donc totalement contre-indiqués en cas d’insuffisance rénale.

 

 

Limiter la consommation de protéines

 

Avant le début de la dialyse :

Au début de l’insuffisance rénale, il est conseillé de ne consommer du poisson, de la viande ou des œufs qu’une seule fois par jour. Ceci afin d’éviter aliments riches en protéines. En cas d’insuffisance rénale avancée, il convient de limiter davantage les apports en protéines. Si possible, la prise quotidienne de protéines doit être réduite à 0,8-1,0 gramme par kilo de poids corporel idéal. Votre diététicien(ne) peut vous prescrire un régime pauvre en protéines en fonction de vos choix et de vos goûts personnels.

Les biscottes, les crackers, les biscuits, le pain, la farine ou encore les pâtes sont, par exemple des aliments pauvres en protéines.

En aucun cas, le fait de limiter l’apport en protéines ne doit conduire à se sous-alimenter.

 

 

Après le début de la dialyse :

 

Les patients sous dialyse doivent avoir une alimentation suffisamment protéinée puisque le processus de la dialyse va entraîner l’élimination d’acides aminés, des constituants des protéines. L’apport quotidien de protéines sous dialyse peut être de 1,2 gramme par kilo de poids corporel idéal.

 

 

Boire en quelles quantités ?

 

En phase de prédialyse, il est conseillé de boire normalement, en fonction de la soif.

 

En phase de dialyse :

On peut boire jusqu’à 1 litre en plus du volume urinaire. Les patients anuriques (qui n’urinent plus) doivent donc fortement limiter leurs apports.

Sachez que la soupe, la glace et de nombreux fruits et légumes (melon, raisins, pommes, oranges, tomates, salade) contiennent déjà une bonne quantité d’eau. Enfin, boire dans de petits verres ou sucer un glaçon de jus de fruit (comme une sucette) permet d’étancher sa soif de manière contrôlée.

 

 

Optez pour les graisses végétales

 

Les huiles d’olive, de tournesol, de maïs et de soja contiennent des graisses insaturées, bénéfiques pour le cœur et les vaisseaux sanguins. Les poissons gras permettent également de prévenir l’athérosclérose (le rétrécissement) des vaisseaux.

 

 

Phosphore

 

Le phosphore est présent dans beaucoup d’aliments : le lait, le fromage, les noix, les haricots secs ou encore les pois, mais aussi dans les sodas, colas, bières. Trop de phosphore dans le sang appauvrit les os en calcium, les rend poreux et par conséquent plus fragiles. Une calcification des articulations et des vaisseaux sanguins peut également apparaître.

 

 

Les conseils indispensables d’un(e) diététicien(ne)

 

Les conseils d’un(e) diététicien(ne) vous seront précieux pour mettre toutes ces mesures diététiques en pratique. Tout programme diététique sera d’ailleurs établi sur mesure. Chaque patient nécessite un régime alimentaire différent en fonction de la sévérité de sa déficience rénale, de son âge, du traitement de substitution de la fonction rénale et de sa motivation à suivre les conseils diététiques.

Un régime alimentaire rénal est certes lourd. Mais il ne doit pas pour autant être lassant.

Fermer le menu