Mes reins, j’en prends soin

Les reins, où sont-il s ?

Nous avons deux reins, situés de part et d’autre de la colonne vertébrale, en dessous du diaphragme.

Nombreux sont ceux qui pensent que les reins sont dans le bas du dos

A quoi servent-ils ?

    • A filtrer le sang pour éliminer les déchets (urée, créatinine, acide urique, etc.) et à les évacuer sous forme d’urine
    • A maintenir constante la quantité d’eau et équilibrer les taux de sels minéraux nécessaires à l’organisme (potassium, phosphore, sodium … )
    • A produire des hormones, des enzymes et des vitamines indispensables à la fabrication de globules rouges par la moelle osseuse, à la régulation de la pression artérielle et à la fixation du calcium contenu dans les os.

    30 % des personnes seulement savent que les reins font autre chose qu’éliminer les déchets.

  • Les maladies rénales : une menace silencieuse …

    Les maladies rénales ne provoquent en général aucun symptôme perceptible avant un stade très avancé.

    D’où, un diagnostic souvent tardif, alors qu’une prise en charge précoce et appropriée permet de ralentir ou de stopper leur évolution vers l’insuffisance rénale chronique.

Personne n’est à l’abri des maladies des reins !

Les maladies qui touchent les reins et peuvent les abîmer sont :

  • d’origine malformatives et congénitales, ou héréditaires,
  • causées par des microbes comme les streptocoques,
  • occasionnées par des dérèglements du système immunitaire,
  • provoquées par la toxicité pour le rein de certains médicaments ou produits chimiques,
  • consécutives à des maladies qui atteignent les vaisseaux sanguins l’hypertension artérielle et le diabète qui peuvent endommager les reins.

 

Les complications rénales du diabète et de l’hypertension artérielle sont les principales causes de traitement par dialyse.

55 % des personnes pensent que les douleurs lombaires sont un signe de maladie rénale

 

Mais lorsqu’on dit : «j’ai mal aux reins», c’est le plus souvent à la colonne vertébrale lombaire que l’on a mal et non aux vrais reins !

Les maladies rénales : quel diagnostic ?

Il faut diagnostiquer ces maladies le plus tôt possible. C’est le rôle des médecins : généraliste, diabétologue, cardiologue, médecin du travail. ..

Des méthodes de dépistage simples et faciles à réaliser

  1. Test par bandelette urinaire : y a-t-il de l’albumine ou des traces de sang dans les urines
  2. Prise de sang : le taux de créatinine sanguine est-il normal ?

La créatinine est normalement éliminée par les reins. S’ils fonctionnent mal, elle s’accumule dans le sang.

3. Mesure de la pression artérielle (ou tension) : une tension élevée peut révéler une maladie du rein sous-jacente et elle en accélère l’aggravation.

Avez-vous un risque d’être atteint par une maladie rénale?

Oui, si

  • Vous êtes diabétique, sous insuline ou non (environ 600.000 de personnes en Belgique)
    • Vous avez de l’hypertension artérielle (2,5 millions en Belgique) ou une maladie cardiovasculaire
    • Vous avez plus de 65 ans
    • Un de vos proches parents est touché par une maladie des reins (certaines sont d’origine génétique)
    • Si vous êtes concerné, la fonction de vos reins doit être surveillée régulièrement.

      N’hésitez pas à en parler à votre médecin !

    •  

Mes reins sont précieux, comment en prendre soin ?

Une vie saine pour des reins solides …

  • Buvez la quantité d’eau adaptée à vos besoins (au moins 1,5 litre par jour), répartie sur la journée, afin de faciliter le travail de vos reins.
  • Ayez une alimentation équilibrée, évitez le surpoids et l’excès de cholestérol.
  • Ne mangez pas trop salé, car l’excès de sel favorise l’hypertension. Attention à la surconsommation de plats tout préparés du commerce.
  • Arrêtez de fumer.
  • Luttez contre la sédentarité : l’exercice physique adapté tout au long de la vie participe à l’hygiène de vie.
  • N’abusez pas des laxatifs et des diurétiques.

  • Attention à la consommation de produits dont la composition n’est pas clairement identifiée (herbes chinoises ou autres … ).

    Méfiez-vous des régimes hyperprotéinés qui peuvent fatiguer vos reins.

  • Consultez votre médecin en cas d’examen radiologique nécessitant l’injection de produits de contraste iodés qui peuvent être dangereux pour vos reins s’ils sont fragiles.

  •  
 
 

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale ?

C’est la conséquence de l’évolution des maladies rénales. Lorsque les deux reins ne fonctionnent plus correctement, les déchets ne sont plus éliminés et empoisonnent peu à peu notre corps.

L’insuffisance rénale est chronique lorsque cette perte de fonction est progressive et que les lésions des reins sont irréversibles. Dans bien des cas, elle progresse graduellement, sur un grand nombre d’années.

A un stade très avancé peuvent apparaître certains symptômes :

  1. besoin fréquent d’uriner, notamment la nuit,
  2. mauvais goût dans la bouche,
  3. perte d’appétit,
  4. nausées,
  5. essoufflement,
  6. démangeaisons persistantes,
  7. crampes nocturnes,
  8. gonflement des paupières et/ou des chevilles, …

Si vous avez un de ces symptômes, consultez votre médecin!

 

Les traitements de l’insuffisance rénale terminale : la dialyse et la greffe

L’insuffisance rénale terminale est une maladie invalidante. Les conséquences psychologiques, sociales et physiques de ses traitements sont considérables pour les malades et leurs familles.

La dialyse est un traitement lourd, qui consiste à nettoyer le sang à la place des reins.

Seule une transplantation rénale réussie permet, pour ceux qui peuvent en bénéficier, de retrouver une vie presque normale.

Mais la pénurie d’organes est telle que les patients doivent souvent attendre de longues années en dialyse, alors que leur santé se dégrade, avant de pouvoir bénéficier d’une greffe.

Une dialyse, c’est 3 fois par semaine, 4 à 6 heures branché à une machine qui débarrasse le sang des toxines et de l’eau en excès

Et l’insuffisance rénale terminale ?

L’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) est le stade où la vie de la personne est en danger à court terme car ses reins ne fonctionnent presque plus.

La dialyse et/ou la greffe d’un rein sont alors la seule solution pour lui permettre de vivre.

Fermer le menu